Brûlures, vol. 8 - Mai 2005
Copyright 2007, Ed. Carr. Méd.

LES PANSEMENTS POUR BRULURES : MEMENTO DES PRODUITS ET DISPOSITIFS LOCAUX

Lallement N., Bargues L.

Service des Brûlés, Hôpital Militaire d'Instruction Med V, Rabat -Maroc


RÉSUMÉ.

Les brûlures bénéficient de traitements locaux au cours des cinq phases de cicatrisation. Le but de ces travaux est de résumer sous forme pratique les différents topiques proposes par l'industrie pharmaceutique et disponibles à l'hôpital ou en ville. Les produits sont répartis en dix grandes classes thérapeutiques et présentés sous forme de tableaux pour faciliter la prescription. Les indications, propriétés, avantages et limites des traitements sont rappelés.

Mots clés : Brûlures, cicatrisation, traitement local.

Introduction

La prise en charge de brûlures aiguës en milieu hospitalier (centre de brûlé, service non spécialisé, ambulatoire) ou en milieu non hospitalier (consultation en ville) nécessite une connaissance des nombreuses classes thérapeutiques et des dispositifs utilisables localement.

But

Le but de ce travail est de présenter sous forme schématique et simplifiée les différentes produits mis à notre disposition par l'industrie pharmaceutique pour le traitement des brûlures. Ce guide cherche à simplifier la prescription quotidienne des agents les plus utilisés pour les soins locaux de brûlures suivies en ambulatoire ou en consultation [1].

Méthode

Après recueil des agents disponibles sur le marché (sources obtenues auprès des visiteurs médicaux et des sites internet des laboratoires pharmaceutiques), les agents sont classés par familles thérapeutiques. Les tableaux reportent l'utilisation habituelle des agents en pratique clinique et leurs les indications reconnues (source Dictionnaire Vidal, 2006) [2].

Physiopathologie

La cicatrisation des brûlures se divise en cinq phases [3], dont la chronologie est la suivante : prevention initiale des infections, détersion, granulation (ou bourgeonnement), épidermisation, maturation.

Différents topiques sont employés au cours des différentes phases de cicatrisation [4] . La préoccupation constante est de prévenir l'infection, complication de la phase aiguë mais aussi des phases tardives, qui ralentit le processus d'épidermisation ou de couverture cutanée définitive [5].

Classification

1) Pansements antibactériens

a) Propriétés

Les pansements antibactériens existent sous forme de crèmes (et pommades) ou sous forme de pansements imprégnés. Its contiennent, seuls ou associés, des antibiotiques (sulfadiazine) et / ou des dérivés de l'argent (sels d'argent ou ion argent)

b) Indications

Phase aiguë de la brûlure (6 à 10 premiers j ours) en prévention des infections locales, essentiellement les cocci gram positif (staphylocoque) et bacille gram négatif (pyocyanique)

c) Contre indications

Grossesse, allergie aux sulfamides

d) Utilisation

Application quotidienne en couche épaisse pour les crèmes sous des compresses stériles séches

Application un jour sur deux pour les pansements imprégnés e) Intérêts et limites

Prévention des infections locales, effet analgésique des crèmes appliquées sur les brûlures récentes

Création dune couche par dessiccation des crèmes (" pseudo escarre " simulant une brûlure plus profonde).



-





-



2) Hydro colloïdes

a) Propriétés

Couche interne absorbante composée de Carboxy Methyl Cellulose (CMC) maintenant un milieu chaud et humide pour tous les stades de la cicatrisation b) Indications Brûlures du premier degré et deuxiéme degré (superficiel et profond), exsudatives Prises de greffe c) Contre indications Brûlures infectées cliniquement Brûlures sèches, nécroses étendues, brûlures du troisième degré

d) Utilisation

Remplacement tous les 3 à 6 jours (jusqu'à une semaine)

e) Intérêts et limites

  • Dispositif autocollant ayant une grande facilité d' emploi et disponible sous des présentations multiples (forme épaisse pour plaies exsudatives, forme transparente pour plaies peu exsudatives)
  • Odeur désagréable du pansement. Décollement de la plaque sous l'effet des exsudats qui ressemblent à du pus.


-



3) Hydro cellulaires a) Propriétés

Dérivé de polyuréthane (très absorbant et non adhérent) au contact de la plaie, posé sur un support externe pouvant être adhésif

b) Indications

Brûlures aprés détersion (stade de granulation et épidermisation) et exsudatives

c) Contre indications

Brûlures sèches (escarres non détergées ou partiellement détergées)

d) Utilisation

Remplacement non traumatique d'un pansement non aâhérent tous les 1 à 7 jours selon le caractère exsudatif de la plaie

e) Intérêts et limites

Pouvoir d'absorption élevé, conformabilité en présence de silicone, confort. Pas de délitement liquide du pansement, pas d'odeur contrairement aux hydro colloïdes. Préférer les formes adhésives qui ne nécessitent pas de pansement secondaire. Coût élevé.



-



4) Hydro gels

a) Propriétés

Dérivés de CMC en phase aqueuse libérant dans la plaie des quantités importantes d'eau, présentés sous forme de gels

b) Indications

Brûlures sèches non exsudatives, détersion des nécroses et escarres de brûlures

c) Contre indications

Brûlures humides exsudatives et détergées

d) Utilisation

Remplacement tous les 3 à 4 jours suivi dune détersion mécanique lors du remplacement du pansement e) Intérêts et limites Détersion des brûlures, ramollissement des nécroses sèches Recouvrir par un pansement secondaire



-



5) Hydro fibres

a) Propriété

Forme particulière dhydro colloïde (forme pure non tissée) ayant de fortes propriétés absorbantes

b) Indications

Brûlures détergées et exsudantes

c) Contre indications

Plaies sèches et nécrosées

d) Utilisation

Remplacement tous les trois à cinq jours. e) Intérêts et limites Pouvoir absorbant supérieur aux alginates, non adhérent. Pouvoir anti bactérien en association aux ions argent. Coût élevé.



-



6) Alginates

a) Propriétés

Polymères d'origine végétale ayant un grand pouvoir absorbant, des propriétés hémostatiques et des propriétés de détersion des nécroses par absorption. b) Indications Brûlures partiellement ou complètement détergées, exsudatives. Prises de greffe hémorragiques.

c) Contre indications

Brûlures sèches et sans aucune détersion

d) Utilisation

Application après humidification au sérum physiologique en cas d'hémorragie. Application sans humidiBcation en cas d'exsudation importante.

e) Intérêts et limites

Grand pouvoir absorbant et hémostatique. Nombreuses présentations.. Nécessite un pansement secondaire.



-



7) Charbons

a) Propriété

Absorption et drainage des germes et des exsudats

b) Indications

Brûlures en phase de détersion et infectées. Brûlures en phase de détersion avec risque infectieux.

c) Contre indications

Brûlures sèches sans détersion, nécroses sèches

d) Utilisation

Remplacement journalier de plaies infectées e) Intérêts et limites

Absorption des odeurs et des exsudats. Nécessite un pansement secondaire.



-



8) Tulles et interfaces

a) Propriétés

Maillage imprégné de corps gras, inerte ou associé à des produits actifs (corticoïde, antiseptique type povidone iodée, antibiotique) possédant des pouvoirs de cicatrisation au contact de la plaie. Tulle si expansion large permettant au tissu de granulation de passer dans les mailles, interface si expansion faible ne permettant pas au tissu de granulation de passer dans les mailles.

b) Indications

Bourgeonnement et épidermisation des brûlures de toute profondeur.

c) Contre indications

Plaies exsudatives.

d) Utilisation

Remplacement tous les deux à quatre jours. e) Intérêts et limites

Peu coûteux, plusieurs formes disponibles contenant des produits actifs.



-





-



9) Films

a) Propriétés

Film en polyuréthane transparent, adhésif et inerte, semi perméable.

b) Indications

Brûlures superficielles (deuxième degré superficiel). Prises de greffe.

c) Contre indications

Plaies infectées. Plaies exsudatives.

d) Utilisation

Phase tardive de cicatrisation. Protection de l'épidermisation acquise.

e) Intérêts et limites

Simplicité d'emploi et faible coût, visualisation de la plaie. Non absorbant. Favorise l'infection.



-



10) Collagènes

a) Propriété

Action anti inflammatoire locale et limitation des cicatrices chéloïdes.

b) Indications

Cicatrices de brûlures, chéloïdes ou hypertrophiques, récentes.

c) Contre indications

Brûlures non épidermisées

d) Utilisation

Gel de silicone, auto adhérent, souple, modulable et transparent, à appliquer sous les orthèses de compression

Pansement adhésif à remplacer tous les j ours, sans compression. Gel de silicone à appliquer deux fois par jour en couche mince, sans recouvrir de pansement.

e) Intérêts et limites

Coût, traitement de longue durée



-



Indications

La surveillance régulière des brûlures au cours des pansements itératifs, l'évaluation de la phase de cicatrisation, la recherche clinique et bactériologique (écouvillons) de surinfection, la réévaluation régulière des topiques employés permettent de conduire avec efficacité une cicatrisation dirigée de brûlure (photographies n° 1, n°2, n°3~.

Tout échec de cicatrisation en trois semaines de soins locaux adaptés, toute brûlure du troisième degré dépassant 1 % de la Surface cutanée totale nécessite un avis en milieu spécialisé ou en en centre de brûlés [ 1 ] .

La place respective des différentes families de pansements et dispositifs locaux pour brûlures peut figurer dans un schéma de prescription (figure 1). Cette base de prescription est à adapter lors de la surveillance soigneuse et régulière des brûlures.



Photo n°.1détersion

Photo n°.1 - détersion





Photo n°.2granulation

Photo n°.2 - granulation





Photo n°.3épidermisation

Photo n°.3 - épidermisation



Conclusion

Le praticien dispose d'un arsenal thérapeutique vaste et constamment amélioré pour traiter une brûlure en milieu hospitalier, en ambulatoire ou en médecine de ville. La bonne connaissance des grandes familles thérapeutiques d'agents locaux est un préalable incontournable à une prise en charge adaptée et efficace. Chaque classe thérapeutique présente un intérêt particulier à un moment de l'évolution locale ou face à une complication.

Le coût des dispositifs les plus récents et leur disponibilité en pharmacie hospitalière ou en officine sont à prendre en compte lors de la prescription.


Références

  1. Société Française d'Etude et de Traitement des Brûlures (SFETB), Fiches de recommandations : Pansement des brûlures suivies en consultation externe ou en ville. Brûlures, 2006, vol IV n°4,215-217.
  2. Le Dictionnaire, 2006, EditionsVidal, 2750 p.
  3. Shakespeare P, Burn wound healing and skin substitutes. Burns, 2001, 27: 517 - 522.
  4. Dhennin C., Traitement local des brûlures, Pathol Biol, 2002, 50 :109 -117.
  5. Rico RB., Ripamonti R., Burns AI., Gamelli RL., DiPietro L. The effect of sepsis on wound healing. Journal of Surgical research, 2002,102 :193 -197.

Abstract
Burns need local care during all the five stages of wounds healing. The aim of the study is to present in useful form the different topical agents and dressing available in or out of hospital care. The products are divided In ten therapeutic families and set up in tables to improve daily prescription. Indications, characteristics, advantages and limits are shown for each product.

Key words : Burns, healing, wounds, local care.




Correspondance:

Dr Mohamed Amine Ennouhi, e-mail : aminosis2004@Yahoo.fr. Tél : 00 212 61 17 2138.